Guerre en Russie-Ukraine : livraisons d’armes, exportations de céréales, prisonniers – voici ce que Putin, Macron et Scholz se sont dit durant leur entretien téléphonique.

Vladimir Putin, Emmanuel Macron et Olaf Scholz se sont entretenus, ce samedi 28 mai, durant plus d’1h20 sur la crise en Ukraine.

Voici ce que les trois hommes se sont dit.

Lors d’un entretien de 80 minutes, Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz ont exigé un cessez-le-feu, la libération de 2500 combattants d’Azovstal et la levée du blocus d’Odessa. De son côté, le président russe a mis l’accent sur les conséquences des livraisons d’armes occidentales à l’Ukraine.

Ils ne s’étaient plus parlé depuis le 29 mars. Début mai, le dialogue de sourds entre Vladimir Putin et Emmanuel Macron a repris. Ce samedi, ils se sont entretenus à trois, avec le chancelier allemand Olaf Scholz. Lors de cet échange téléphonique de 80 minutes, le président russe a dénoncé le « caractère dangereux » des livraisons d’armes à l’Ukraine. Il « a mis l’accent sur le caractère dangereux de continuer à inonder l’Ukraine avec des armes occidentales, en mettant en garde contre des risques d’une déstabilisation ultérieure de la situation et d’une aggravation de la crise humanitaire », a indiqué le Kremlin dans un communiqué publié à l’issue de cette conversation téléphonique.

Les deux dirigeants occidentaux ont, eux, « insisté sur un cessez-le-feu immédiat et un retrait des troupes russes », indique un communiqué de la chancellerie allemande. Ils ont « appelé le président russe à des négociations directes sérieuses avec le président ukrainien et à une solution diplomatique du conflit ».

De son côté, l’Élysée souligne que le couple franco-allemand a « de nouveau insisté auprès du président Vladimir Putin sur le fait que toute solution à la guerre devait être négociée entre Moscou et Kiev, dans le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Ils ont renouvelé leur exigence de cessez-le-feu et l’ont appelé à accepter un échange direct avec le Président ukrainien Volodymyr Zelensky au plus vite.

Putin promet « d’aider » l’exportation des céréales ukrainiennes.

Ils ont également demandé la libération des 2 500 défenseurs d’Azovstal, faits prisonniers de guerre par les forces russes, ainsi que la levée du blocus d’Odessa, pour permettre l’exportation de céréales ukrainiennes par la mer Noire, et ainsi éviter une grave crise alimentaire mondiale.

Sur ce point, Vladimir Putin s’est dit « prêt » à aider une exportation « sans entraves » des céréales de l’Ukraine. « La Russie est prête à aider à trouver des options pour une exportation sans entraves des céréales, y compris des céréales ukrainiennes en provenance des ports situés sur la mer Noire », a indiqué le Kremlin dans un communiqué publié à l’issue de cette conversation téléphonique.

Emmanuel Macron et Olaf Scholz ont « pris note de la promesse du président russe d’accorder un accès des navires au port pour l’exportation de céréales sans qu’il soit exploité militairement par la Russie si celui-ci était préalablement déminé », indique l’Élysée.

Didier Maréchal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s