Violences à Arles (France) : un mur pour protéger une école contre les tirs d’armes à feu!

Deux semaines après qu’un adolescent de 15 ans a perdu la vie dans une fusillade, la ville a décidé d’ériger cette construction pour protéger ses élèves, à rapporté BFM Marseille, mardi 12 juillet 2022.

Après la mort d’un adolescent de 15 ans dans une fusillade près d’une école primaire à Arles (Bouches-du-Rhône – France), la ville a décidé de construire un mur de 2,4 m de haut devant l’établissement. Le but est de protéger les enfants, mais cette structure divise les riverains.

Depuis samedi dernier, des agents municipaux construisent un mur d’enceinte dans la cour de l’école Jules-Vallès. À quelques mètres de là, il y a plus de deux semaines, un adolescent de 15 ans a été tué par un coup de feu. La mort du jeune Marwane, inconnu de la police, a bouleversé les habitants qui réclament plus de sécurité.

Ce mur en parpaing de 2m40 de haut sur plus de 50 mètres de long a provoqué une vive surprise à Griffeuille. « C’est le mur de Berlin, s’exclame José en passant de l’école sur son vélo. Vous vous rendez compte où on en est arrivé ? On n’est plus en France là ! Mais je comprends qu’il faut protéger les petits ». Le mur a été réclamé par le rectorat de l’Académie d’Aix-Marseille lors d’une réunion la semaine précédente avec la municipalité.

« L’école doit être un lieu préservé de ce qu’il se passe à l’extérieur », a réagi l’adjointe à la mairie en charge de la sécurité, tout en rappelant qu’un mois plus tôt, dans le quartier du Trébon une personne s’était introduite dans la cour d’une école pour échapper à la police.

Par contre, cette construction n’est pas du goût de tous les habitants. Mais selon l’élue , ce mur aurait dû être construit il y a longtemps. En effet, le quartier de Griffeuille, où se situe l’école, est connu comme un centre de trafic de drogue, rappellent nos confrères. Certains couloirs de construction sont des points commerciaux connus et des fusillades éclatent fréquemment.

Une semaine avant la fusillade qui a coûté la vie à un adolescent de 15 ans alors qu’il marchait dans la rue, une autre fusillade avait eu lieu dans le quartier. La recrudescence des violences a poussé le maire, Patrick de Carolis, à faire appel aux services de l’Etat.

Didier Maréchal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s