Guerre Russie-Ukraine : « La Russie ne se concentre plus uniquement sur l’Est du pays », affirme Segueï Lavrov.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a affirmé, mercredi, que les objectifs militaires de la Russie en Ukraine ne se limitaient plus à l’Dst du pays, mais concernaient également « un large éventail d’autres territoires ».

Près de cinq mois après le début de son offensive, la Russie a élargi ses objectifs à d’autres territoires que ceux de l’Est de l’Ukraine.

L’annonce est directement venue du chef de la diplomatique russe. Dans une interview à l’agence de presse Ria-Novosti et la chaîne RT, mercredi 20 juillet, Sergueï Lavrov a affirmé que les objectifs militaires de la Russie en Ukraine ne se limitaient plus uniquement à l’Est du pays, mais concernaient aussi « une série d’autres territoires » et pourraient encore s’étendre. Il a justifié ce changement par une « géographie différente » par rapport à la situation sur le terrain à la fin mars.

Partie à l’assaut le 24 février, la Russie avait dit vouloir se concentrer sur le bassin du Donbass, une région minière en partie contrôlée par des indépendantistes prorusses depuis 2014, après n’être notamment pas parvenue à prendre Kyiv, la capitale ukrainienne.

« Ce ne sont plus seulement les républiques populaires de Donetsk et Lougansk (deux territoires indépendantistes de l’Est de l’Ukraine, ndlr), ce sont aussi les régions de Kherson et de Zaporijjia (dans le Sud, ndlr) et une série d’autres territoires et ce processus continue, de façon constante », a déclaré M. Lavrov à l’agence de presse Ria-Novosti et à la chaîne de télévision RT.

M. Lavrov a aussi déclaré que mener des pourparlers avec Kyiv n’aurait « aucun sens dans la situation actuelle », estimant que de précédents contacts avaient « seulement révélé l’absence de volonté, chez la partie ukrainienne, de discuter sérieusement de quoi que ce soit ».

L’Ukraine a répondu à l’annonce russe en réclamant plus d’armes et des sanctions supplémentaires contre Moscou. « Les Russes veulent du sang, pas des négociations. J’appelle tous les partenaires à renforcer les sanctions contre la Russie et à accélérer les livraisons d’armes à l’Ukraine », a écrit le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba.

La Première dame ukrainienne, Olena Zelenska, en visite aux Etats-Unis, a pour sa part prononcé un plaidoyer devant le Congrès états-unien : « Je vous demande davantage d’armes (…) pour protéger les maisons de chacun et le droit de se réveiller vivant dans ces maisons », a-t-elle lancé.

Progression de l’armée russe

L’armée russe a enregistré des gains ces dernières semaines dans le Donbass, faisant notamment sauter le double verrou de Severodonetsk et de Lyssytchansk, deux villes de la région de Lougansk, ce qui lui a dégagé la voie pour tenter d’avancer vers les villes de Kramatorsk et de Sloviansk, plus à l’Ouest dans la région de Donetsk. De rudes combats continuent de se dérouler dans cette partie de l’Ukraine, Kyiv pouvant compter sur les récentes livraisons de pièces d’artillerie occidentales plus performantes.

M. Lavrov a d’ailleurs prévenu que si les Occidentaux continuaient de fournir à l’Ukraine des armes capables de frapper à longue distance, comme les lance-roquettes multiples américains Himars, les objectifs géographiques de la Russie évolueraient encore.

Une suite « logique » des événements.

Il faut bien comprendre qu’une telle décision d’élargissement de zones à conquérir est tout à fait logique et, de ce fait, « attendue » depuis plusieurs semaines, parce qu’inévitable, par nous-même et un certain nombre d’autres observateurs, entre autres, politiques ou géostratèges. La première raison évidente à cet élargissement, est la nécessité, pour la Russie, lorsque viendra un traité concret d’arrêt de ce conflit, d’avoir un nombre de territoires plus que désiré réellement pour son opération de soutient aux Républiques russophones du Dombass, afin de s’assurer, en acceptant de libérer les zones non prévues car non nécessaires, en échange de l’obtention de l’intégralité des exigences déjà prévues par les accords de Minsk 2, dont la Russie n’a cessé, depuis 2014, qu’ils soient enfin respectés par l’Ukraine.

D’autre part, certains pays fournissant des armes à très longue portée à l’Ukraine – en tout premier lieu les Etats-Unis d’Amérique, qui est le véritable belligérant de la Russie, dans ce conflit, mais faisant cette guerre par proxy, utilisant, de fait, les ukrainiens comme chair à canons -, ne peuvent qu’obliger la Russie à étendre son contrôle territorial, afin d’éloigner, d’autant plus, cet armement très longue portée, afin d’éviter que sa « zone vitale » en soit hors d’atteinte. On comprend, de fait, que Mr Labrov ai précisé que les objectifs de prise de territoires par la Russie augmenterait si les occidentaux s’obstinaient à fournir des armes de portée toujours plus longue à l’Ukraine.

Enfin, on ne peut nier que, si l’objectif premier – et réel – de la Russie était de libérer les territoires indépendantistes du Dombass qu’elle a officiellement reconnu le 20 février dernier, signant l’accord de protection de ces Etats amis le 23 février, pouvant intervenir à leur demande dès le lendemain, de façon totalement légale, en respectant l’article 51 de la charte de l’ONU, il est très tentant, pour Moscou, depuis la libération de Marioupol et l’avancée significative et aisée de l’armée russe, depuis qui s’en est suivi, de récupérer Odessa et ses environs, zone hautement stratégique, non seulement d’un point de vue militaire, mais, encore plus, économique, et qui permettrait de relier les trois parties russophones que sont : le Dombass, la Crimée, mais aussi la Transnistrie, région autonome de Moldavie, russophone, autoproclamée indépendante, et qui souhaite son rattachement à la Russie depuis 1991, suite à l’effondrement de l’URSS et la création de la Fédération de Russie.

Christian Estevez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s