Guerre Russie-Ukraine: Moscou refuse que l’Ukraine soit représentée en Russie par la Suisse.

La Russie a annoncé avoir refusé que la Suisse représente diplomatiquement Kiev sur le territoire russe, estimant que Berne avait « perdu son statut neutre » en sanctionnant Moscou pour son offensive militaire contre l’Ukraine.

Mercredi dernier, le Département fédéral des affaires étrangères avait annoncé que l’Ukraine souhaitait que la Suisse représente ses intérêts en Russie.

« Malheureusement, la Suisse a perdu son statut d’Etat neutre et ne peut agir ni comme médiateur ni comme représentant des intérêts » ukrainiens, a déclaré, jeudi 11 août, à la presse, un porte-parole de la diplomatie russe.

Une demande « incompréhensible »

Ce même porte-parole russe a confirmé que la Suisse avait demandé l’aval de Moscou pour y représenter les intérêts ukrainiens. Mais il a dénoncé le soutien apporté par Berne à Kiev et les sanctions suisses mises en place contre la Russie en raison de l’offensive russe en Ukraine : « Il est tout à fait incompréhensible de proposer une médiation, une représentation ou d’autres services de bonne volonté alors que l’on se comporte de cette manière », a ajouté le porte-parole.

Quand au Département fédéral des affaires étrangères, il confirme à la RTS avoir pris connaissance des propos tenus par le porte-parole russe, mais ne précise pas si Moscou l’a directement informé d’un non définitif : « La discrétion est un élément essentiel pour pouvoir fournir de bons offices », ajoute le DFAE. Signe, peut-être, que la porte n’est pas définitivement fermée.

Mais les espoirs s’amenuisent pour Berne. Et les faits viendraient contredire un mantra répété depuis des mois par Ignazio Cassis: le conseiller fédéral assure que la neutralité suisse n’est pas compromise par la reprise des sanctions européennes. Lorsque deux États rompent entièrement ou partiellement leurs relations, la Suisse, qui se prévaut de sa neutralité, est habituée à assumer une partie de leurs tâches diplomatiques ou consulaires. La puissance protectrice permet aux États concernés de maintenir un minimum de relations et peut aussi permettre d’assurer la protection consulaire des ressortissants du premier sur le territoire du second et du second sur le territoire du premier.

C’est au 19ème siècle que la Suisse a,, pour la première fois, assumé un rôle de puissance protectrice en représentant, en France, les intérêts du Royaume de Bavière et du Grand-Duché de Bade pendant la guerre franco-prussienne de 1870-1871. L’activité de puissance protectrice de la Suisse a atteint son apogée pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’elle représentait les intérêts de 35 États. La Suisse exerce aujourd’hui moins de dix mandats de puissance protectrice. La Suisse représente notamment les intérêts russes en Géorgie et les intérêts géorgiens en Russie depuis 2009. Elle représente aussi les intérêts de l’Iran en Egypte depuis 1979 et ceux de l’Iran au Canada depuis juin 2019.

Didier Maréchal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s