Devant un avion de guerre, le Premier ministre israélien lance une mise en garde à l’Iran!

Le premier ministre israélien, Yaïr Lapid, a prévenu l’Iran qu’il ne devait pas «tester» son pays, alors que Téhéran et les grandes puissances négocient pour une relance de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien, auquel Israël est farouchement opposé.

« L’Iran ne doit pas tester Israël ». Yaïr Lapid a fait cette déclaration lors d’une visite à une base de l’armée de l’air israélienne dans le Sud du pays, son bureau publiant une vidéo de son intervention le montrant debout devant un avion de chasse F-35.

Israël mène une offensive pour tenter de convaincre les Occidentaux de ne pas renouveler l’accord sur le programme nucléaire iranien de 2015 (JCPOA), dont les États-Unis de Donald Trump s’étaient désengagés trois ans plus tard. «Il est encore trop tôt pour savoir si nous avons effectivement réussi à stopper l’accord nucléaire, mais Israël est préparé pour toute menace et tout scénario», a déclaré Yaïr Lapid, dont le pays considère l’Iran comme son ennemi numéro un.

«Si l’Iran continue à nous tester, il découvrira le bras long et les capacités d’Israël», a-t-il encore dit, promettant de «continuer à agir sur tous les fronts contre le terrorisme et contre ceux qui cherchent à nous faire du mal». «Comme le président [américain] Biden et moi-même l’avons convenu, Israël a toute la liberté d’agir comme bon lui semble pour empêcher que l’Iran ne devienne une menace nucléaire», a prévenu Yaïr Lapid.

Le chef des services secrets extérieurs israéliens (Mossad), David Barnea, effectue actuellement une visite aux États-Unis dans le cadre de «la campagne diplomatique contre l’Iran», a indiqué le bureau du Premier ministre dans un communiqué. David Barnea devait avoir des entretiens avec des responsables des agences de sécurité états-uniennes. Israël est fermement opposé à l’accord nucléaire de 2015, qui avait permis à Téhéran de bénéficier d’un allègement des sanctions en échange d’une limitation de son programme nucléaire.

Le président états-unien, Joe Biden, cherche à relancer l’accord, moribond depuis le retrait unilatéral en 2018 des États-Unis de Donald Trump qui a réimposé de sévères sanctions à l’Iran, entraînant en riposte le désengagement progressif de Téhéran. Israël, considéré par les experts comme la seule puissance nucléaire du Moyen-Orient, promet de faire tout ce qu’il peut pour empêcher l’Iran d’obtenir une bombe nucléaire, un objectif que la République islamique a toujours nié rechercher.

Didier Maréchal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s