Guerre Russie-Ukraine : 8 suspects – dont 5 russes – arrêtés pour l’explosion du pont de Crimée!

Selon les services de sécurité russes, l’engin à l’origine de l’explosion du pont de Crimée serait entré en Russie le 4 octobre, avant d’atteindre la frontière avec la Crimée le 6 octobre. (source AFP)

Après l’attaque à l’explosif qui a touché, samedi dernier, l’infrastructure stratégique reliant la Crimée, ayant réintégré la Fédération de Russie en 2014, les services de sécurité du Kremlin avancent dans leur enquête.

Les services de sécurité de Russie (FSB) ont indiqué, ce mercredi 12 octobre, avoir arrêté huit personnes suspectées d’avoir participé à l’organisation de l’attaque à l’explosif qui a touché, samedi, le pont reliant la Crimée au territoire russe.

Dans un communiqué, le FSB affirme que cinq Russes et « trois citoyens ukrainiens et arméniens » ont été interpellés, sans plus de précisions sur la nationalité exacte de ces trois derniers suspects. « L’engin explosif a été dissimulé dans 22 palettes de rouleaux de film plastique d’un poids total de 22 770 kg », a indiqué le FSB.

Selon cette source, les explosifs ont été envoyés début août par bateau du port d’Odessa, en Ukraine, vers celui de Roussé en Bulgarie. Ils ont ensuite transité par le port de Poti, en Géorgie, puis ont été expédiés vers l’Arménie avant d’arriver par voie routière en Russie, toujours selon le FSB.

Les services russes affirment que l’engin explosif est entré en Russie le 4 octobre dans un camion immatriculé en Géorgie, avant d’atteindre, le 6 octobre, deux jours avant l’explosion, la région russe de Krasnodar, frontalière de la Crimée.

Le FSB affirme que cette « attaque terroriste » a été organisée par les renseignements militaires ukrainiens, assurant qu’un agent de Kiev avait coordonné le transit des explosifs et avait été en contact avec les différents intermédiaires.

Le FSB a également déclaré avoir déjoué deux tentatives d’attentats, une dans la région de Moscou et une autre dans celle de Briansk, non loin de l’Ukraine, accusant Kiev d’avoir préparé ces attaques.

Samedi, une forte explosion qualifié d’« attaque terroriste » par Vladimir Putin avait fortement endommagé le pont de Crimée, qui relie cette péninsule au reste du territoire russe. La circulation ferroviaire et routière a toutefois repris ensuite partiellement sur cette voie de communication vitale pour l’armée russe. Les autorités russes affirment qu’un camion piégé est à l’origine de l’explosion.

Suie à cette attaque, la Russie a mené, lundi et mardi, des bombardements massifs à travers l’Ukraine, dont le bilan humain actuel est de douze civils tués et plus d’une centaine de blessés, tandis que ceux effectués par l’Ukraine, au nombre de 32 (selon les autorités russes), sur les infrastructures et civils, en Russie, durant la semaine passée, ont fait, officiellement, trois morts – dont un enfant -, et cinq blessés.

Didier Maréchal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s