Guerre Russie-Ukraine : Vladimir Putin n’a pas l’intention d’étendre la mobilisation de son armée, ni de nouvelles attaques massives

Vladimir Putin a déclaré, vendredi, ne pas prévoir « dans l’immédiat » de nouvelles frappes « massives » sur l’Ukraine, ni d’élargir la mobilisation qu’il a ordonnée il y a trois semaines pour faire face aux revers de son armée.

En marge du sommet régional à Astana, au Kazakhstan, le président de la Russie s’est exprimé sur la guerre en Ukraine . Trois semaines après la mobilisation partielle décrétée par le leader du Kremlin, celui-ci a annoncé ne pas prévoir une nouvelle vague de mobilisation des Russes dans l’armée

Le président russe a assuré, vendredi 14 octobre, ne pas prévoir d’élargir la mobilisation partielle qu’il a annoncée il y a trois semaines pour le conflit en Ukraine, précisant que 222 000 hommes avaient été recrutés jusqu’à présent : « Rien d’autre n’est prévu. Aucune proposition n’a été reçue du ministère de la Défense et je n’en vois pas la nécessité dans un avenir prévisible », a-t-il détaillé lors de la conférence de presse, ajoutant prévoir la fin de la mobilisation « dans deux semaines » et admettant que celle-ci avait connu des ratés.

« La ligne de front est longue de 1 100 km, il est donc quasiment impossible de la tenir exclusivement par des troupes formées de militaires sous contrat », a justifié le président russe, alors que l’annonce de la mobilisation aurait poussé des dizaines de milliers de Russes à fuir le pays.

Pas de nouvelles frappes massives « pour l’instant » sur l’Ukraine.

Aussi Vladimir Putin ne pense pas non plus « dans l’immédiat » à de nouvelles frappes « massives » en Ukraine, après celles du début de semaine lancées en représailles de la destruction partielle du pont de Crimée qu’il impute à Kiev. « Actuellement, il y a d’autres objectifs. Pour l’instant, après on verra », a-t-il déclaré, assurant que la Russie faisait « tout comme il faut » en Ukraine. Le président russe a également affirmé ne pas avoir « pour objectif de détruire l’Ukraine ».

« Ce n’est pas agréable ce qui se passe maintenant, mais (si la Russie n’avait pas attaqué l’Ukraine le 24 février), on aurait été dans la même situation un peu plus tard, juste les conditions auraient été plus mauvaises pour nous. Donc, nous faisons tout comme il faut », a poursuivi le président russe.

Didier Maréchal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s