L’homme de Néandertal et l’humain moderne ont coexisté en Europe durant plus de 2 000 ans, selon une étude

L’Homo neanderthalensis et l’Homo sapiens sapiens ont coexisté à plusieurs endroits de la France actuelle et du Nord de l’Espagne sur plus de 2000 ans, pendant lesquels ces deux branches humaines ont eu le temps de se mélanger, montre une modélisation basée sur des découvertes de fossiles.

L’étude, publiée jeudi dans la revue « Scientific Reports », n’apporte aucune preuve directe d’interaction entre ces deux populations, il y a environ 40 000 ans. Mais les scientifiques savent qu’il y a eu des contacts entre elles, comme l’a révélé, entre autres, le récent lauréat du Nobel de médecine, le paléogénéticien suédois Svante Paabo. Une bonne partie de la population mondiale compte un peu d’ADN de Néandertalien.

Les chercheurs ne savent pas dans quelle région spécifique ont eu lieu d’éventuelles rencontres, relève le principal auteur de l’étude, Igor Djakovic, doctorant à l’Université de Leiden aux Pays-Bas. La durée de leur coexistence reste aussi sujette à débat.

Pour tenter de répondre à ces interrogations, l’équipe de Leiden a examiné la datation au carbone 14 de 56 objets, la moitié attribuée à des Néandertaliens et l’autre à des homo sapiens sapiens, trouvés sur 17 sites archéologiques en France et dans le nord de l’Espagne. Les chercheurs ont utilisé les datations de ces objets, dont des os et des tranchoirs de pierre attribués aux derniers Néandertaliens, dans des modèles statistiques et probabilistes. Avec, pour conclusion, que les Néandertaliens ont disparu, il y a entre 40 870 ans et 40 457 ans, alors que les humains modernes sont apparus sur cette partie du continent européen il y a environ 42 500 ans. Ce qui aurait vu les deux espèces coexister sur une période de 1400 à 2900 ans.

Cette période coïncide avec une grande diffusion des idées chez ces deux populations, explique Igor Djakovic à l’AFP. Elle est associée à des transformations substantielles sur la façon dont les humains [modernes] produisaient des objets culturels, tels que des outils ou des ornements, selon lui. Les objets produits par les Néandertaliens ont eux aussi changé assez radicalement et commencé à ressembler à ceux fabriqués par les humains modernes.

Le tout vient en soutien de la thèse qui explique la disparition des Néandertaliens par leur absorption progressive au sein de la population d’humains modernes. Les Néandertaliens auraient été, par croisement, absorbés dans notre patrimoine génétique, selon le chercheur de l’Université de Leiden.

Mais puisque la plupart des habitants sur Terre possèdent de l’ADN de Néandertal, on peut dire que, dans un sens, il n’a jamais vraiment disparu, ajoute Igor Djakovic.

Angèle Rainer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s