Le passage à l’heure d’hiver est-il négatif pour la santé ?

C’est un rituel depuis 1976. Au printemps, nous passons à l’heure d’été, l’horloge est avancée d’une heure. En automne, nous passons à l’heure d’hiver, l’horloge est alors retardée d’une heure. Mais quels sont les impacts de ce décalage d’horaire sur notre organisme, notre énergie et notre sommeil ?

Mis en place en 1976 en France, puis adopté par l’ensemble des pays de l’Union européenne dans les années 80, le changement d’heure a été décidé à l’origine afin de faire des économies d’énergie! En effet, en 1973 se produit le premier choc pétrolier : par ricochet, les prix du pétrole et des énergies fossiles grimpent en flèche.

Pour alléger la facture énergétique du pays en permettant de travailler plus longtemps avec la lumière du soleil, le gouvernement de l’époque décide de rétablir le changement saisonnier de l’heure (qui avait déjà été en vigueur de 1923 à 1940). En effet dans son dernier rapport sur le sujet, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) indique que le changement d’heure permet d’économiser pas moins de 440 GWh soit la consommation annuelle en électricité de 800 000 foyers !

Le changement d’heure qui a pris effet dans la nuit de ce samedi 29 au 30 octobre, nous permet d’avoir une heure de plus de temps de sommeil. Mais cette mesure, en plus de son impact énergétique négligeable, pourrait bien impacter votre cycle de sommeil et votre santé.

Les Français ne sont pas friands du changement d’heure : la consultation de l’Assemblée nationale sur la question en 2019 avait montré que plus de 60 % des participants de l’enquête revendiquaient « une expérience négative ou très négative » du changement.

Ce changement d’heure peut, par ailleurs, affecter votre horloge biologique, qui régule plusieurs mécanismes du corps en fonction de la journée. Cet effet est d’autant plus marqué chez les enfants, comme le rappelle le site Doctissimo, avec troubles de l’endormissement et de l’appétit, et des dérèglements hormonaux possibles.

Cependant, comme le rappelle le docteur Gérald Kierzek, directeur médical de Doctissimo contacté par nos confrères de « La Dépêche », ces effets sont à nuancer. « Pour l’immense majorité des gens, on constate zéro impact, ce sont surtout les enfants qui peuvent être affectés s’ils ne comprennent pas pourquoi le Soleil n’est pas aligné sur leurs horaires de sommeil », juge le docteur.

« La luminothérapie peut aider à annuler tous les effets : vous pouvez vous exposer quinze minutes devant des lampes de lumière blanche ou bleue le matin ». ajoute Gérald Kierzek D’après le médecin, « ce qui compte avant tout c’est la régularité du sommeil, qui aide à limiter tout impact : il faut respecter les signes du sommeil et dormir quand votre corps le réclame ».

Les dangers liés à la baisse de luminosité

D’autres risques, moins directs, existent pour votre santé. Le passage à l’heure d’hiver est l’occasion pour la Sécurité Routière d’effectuer un rappel sur la vigilance accrue à adopter. Selon le communiqué publié par l’organisme le 26 octobre 2022, « le nombre d’accidents impliquant un piéton augmente de manière récurrente de +42% en novembre ».

La Sécurité Routière rappelle également que les vélos doivent être équipés de systèmes réfléchissants, de même que les trottinettes. « Le port du gilet rétroréfléchissant est obligatoire de nuit ou de jour par visibilité insuffisante », explique également l’organisme de prévention.

Charlotte Rio-Calanda

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s