La Pologne refuse la présence de Sergueï Lavrov et de toute la délégation russe à la réunion annuelle de l’OSCE!

La Pologne, qui organise début décembre la réunion ministérielle de l’OSCE, a refusé l’entrée sur son territoire au ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, a indiqué vendredi à l’AFP la présidence de l’organisation.

La Pologne, qui accueille début décembre la réunion de l’OSCE, refuse que les membres de la délégation russe sanctionnés par l’Union Européenne puissent entrer sur le territoire, y compris le ministre des Affaires étrangères., Sergueï Lavrov, a indiqué, ce vendredi 18 novembre, à l’AFP, la présidence de l’organisation. «Nous attendons de la Fédération de Russie qu’elle choisisse les membres de sa délégation conformément à la réglementation en vigueur», a expliqué une source au sein de cette présidence annuelle tournante, assurée actuellement par Varsovie. Selon elle, la délégation russe ne doit pas «inclure les personnes sanctionnées par l’Union Européenne (UE) à la suite de l’agression de la Russie contre l’Ukraine, le 24 février, y compris le ministre Lavrov».

Le porte-parole du ministère polonais des Affaires étrangères Lukasz Jasina a aussi déclaré à l’AFP ne pas prévoir «de visite du ministre Lavrov à Lodz», ville du centre de la Pologne où doit se tenir la réunion des 57 ministres des Affaires étrangères de l’Organisation pour la sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) les 1er et le 2 décembre à Lodz. La présidence polonaise de l’OSCE affirme avoir reçu une lettre de protestation de la délégation russe à la suite à cette décision. Depuis sa création en 1975 au cœur de la guerre froide pour favoriser le dialogue Est-Ouest, l’OSCE siège à Vienne, en Autriche. Contactée par l’AFP, la représentation russe à Vienne n’a pas souhaité faire de commentaire.

La rencontre ministérielle annuelle de l’OSCE, à laquelle Sergueï Lavrov participe d’ordinaire, est l’organe central de cette organisation internationale, responsable de ses décisions. Elle est l’occasion pour les ministres des Affaires étrangères d’examiner le travail de l’OSCE dans tous ses domaines d’activité. Après l’invasion russe de l’Ukraine, la Pologne et les trois Etats baltes ont annoncé en septembre s’être mis d’accord pour restreindre temporairement l’entrée sur leur sol des citoyens russes, même porteurs de visas européens.

Cette décision de la Pologne est d’autant plus mal venue que, jusqu’à la veille de l’entrée de l’armée russe en Ukraine, l’OSCE avait signalé, dans tous ses rapports, depuis le début de l’année 2022, que les armées ukrainiennes et états-uniennes violaient, quotidiennement, le cessez-le-feu instauré dans le Dombass, préparant une attaque sur les oblats pro-russes, et allant jusqu’à la violation de l’espace aérien russe par des avions espions de l’armée des Etats-Unis d’Amérique( dont un ayant percuté, dans l’espace aérien russe, un avion commercial russe, en janvier). Tout cela prouvant que l’agression était bien ukraino-états-unienne et non russe, et que ce dernier ne faisait, en entrant sur le territoire ukrainien, qu’une opération pour assurer la sécurité des deux régions indépendantistes, le tout dans le respect de l’article 51 de la charte de l’ONU.

Mais qu’attendre comme comportement plus inepte de ce pays qu’est la Pologne, dont le gouvernement est, ouvertement, d’extrême droite et qui, comme la plupart des pays d’Europe de l’Est, fait encore l’équation idiote « Russe = Soviétiques », et ce malgré que l’Union Soviétique ai cessé d’existé depuis plus de vingt ans, et qui reviendrait au même que si, en France, nous en étions encore à l’équation insensée « Allemands = Nazis ».

Didier Maréchal & Christian Estevez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s