Guerre Russie-Ukraine : La Russie « n’acceptera pas » le plafonnement du prix de son pétrole

La Russie a affirmé qu’elle « n’acceptera pas » le plafonnement du prix de son pétrole, samedi 3 décembre 2022.

La Russie n’exportera pas de pétrole si le prix est plafonné, mesure sur laquelle se sont entendus les pays membres du G7 et l’Australie. Le responsable énergie du président Vladimir Putin a réagi, dimanche 4 décembre 2022.

La Russie, deuxième exportateur mondial de pétrole, ne vendra pas de pétrole si le prix du brut est plafonné par les pays occidentaux, même si cela implique qu’elle doit réduire sa production, a déclaré le responsable énergie du président Vladimir Putin, dimanche 4 décembre 2022.

Les pays membres du G7 et l’Australie, se sont entendus pour plafonner le prix du pétrole brut russe transporté par voie maritime à 60 dollars le baril, lorsque la Pologne a levé ses dernières objections.

Selon ce mécanisme, les transporteurs maritimes et les compagnies d’assurance et de réassurance ne pourront prendre en charge les cargaisons de brut russe que si son prix n’excède pas le plafond, ce qui compliquera de facto toute transaction à un prix plus élevé, même pour les pays tiers.

L’idée est de tarir les revenus de la Russie pour l’empêcher de financer la guerre en Ukraine avec ses ventes de pétrole. Le vice-premier ministre russe, Alexander Novak, a déclaré, dimanche, que la décision de l’Occident constituait une ingérence grossière qui contredisait les règles du libre-échange et déstabiliserait les marchés mondiaux de l’énergie en provoquant une pénurie d’approvisionnement.

Nous travaillons sur des mécanismes pour empêcher l’utilisation d’un instrument de plafonnement des prix, quel que soit le niveau fixé, car une telle ingérence pourrait déstabiliser davantage le marché, a déclaré Alexander Novak, responsable en charge du pétrole, du gaz, de l’énergie atomique et du charbon en Russie. Nous vendrons du pétrole et des produits pétroliers uniquement aux pays qui travailleront avec nous dans les conditions du marché, même si nous devons réduire un peu la production, a-t-il ajouté.

Selon Alexander Novak, ce plafonnement occidental pourrait perturber les marchés et pourrait affecter d’autres pays que la Russie – ce que tout véritable expert confirme.

La vente de pétrole et de gaz à l’Europe représente l’une des principales sources de revenus en devises de la Russie depuis la Deuxième Guerre mondiale. Selon une source qui a souhaité ne pas être identifiée, un décret est en préparation pour interdire aux entreprises russes tout commerce avec les pays et les entreprises qui se soumettraient à ce plafond.

Depuis le début de son offensive en Ukraine, Vladimir Putin affirme que les États-Unis et leurs alliés mènent une guerre économique contre la Russie en appliquant les sanctions les plus sévères de l’histoire moderne.

La Russie pourrait néanmoins disposer de suffisamment de pétroliers pour expédier la majeure partie de son pétrole sans qu’il ne soit soumis aux restrictions occidentales, ont déclaré, en octobre, à Reuters, des acteurs de l’industrie et un responsable états-unien, soulignant les limites du plan des pays occidentaux, pourtant le plus abouti pour limiter les revenus de guerre de Moscou.

«Nous n’accepterons pas ce plafond.» ​C’est ce qu’a déclaré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, au sujet du plafonnement du prix de son pétrole. Il était cité par des agences russes, samedi 3 décembre 2022. Il a, de plus, affirmé que Moscou s’était « préparé » en amont « pour un tel plafond », sans donner plus de détails.

Cette décision du G7 et de l’Australie (autrement dit : de l’Occident) est une démonstration supplémentaire que le monde reste bien colonisé par l’Occident et que ce dernier compte bien continuer à en abuser autant « éternellement », persuadé que son règne sur le Monde sera sans fin.

Mais les politiciens occidentaux qui ont pris cette décision ont, une fois de plus, démontré leur amateurisme par leur vision totalement tronquée de la réalité, puisque, en effet, comme pour toutes les sanctions qu’ils ont pris, jusqu’à présent, contre la Russie, c’est contre eux que celles-ci se retournent toutes, et conduisent leurs populations à la misère qu’ils promettaient tout haut au peuple russe qui, lui, vit, à présent, dans une aisance énergétique et alimentaire très nettement supérieure à tout l’Occident formaté à la russophobie.

Didier Maréchal & Christian Estevez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s