Football : Le légendaire footballeur brésilien, Pelé, est mort !

Considéré par certains comme la plus grande légende de l’histoire du football, Edson Arantes do Nascimento, dit Pelé, vient de s’éteindre à 82 ans. Près de deux ans après le décès de Diego Armando Maradona, le football perd une autre de ses étoiles. (avec AFP).

Edson Arantes do Nascimento, dit Pelé, légende brésilienne du football, s’est éteint à l’âge de 82 ans. Il laisse derrière lui une incroyable carrière aux centaines de buts et trois Coupes du monde, la première dès ses 17 ans.

L’ex-footballeur Pelé est décédé ce jeudi 29 décembre 2022, a annoncé sa famille. Joueur emblématique du Brésil des années 1950 à 1970, il était surnommé le « Roi » du football.

Le mythique footballeur brésilien s’est éteint à l’Hospital Israelita Albert Einstein de Sao Paulo, où il avait été admis le 1er décembre pour une «réévaluation de son traitement par chimiothérapie ». Une tumeur au côlon lui avait été diagnostiqué en septembre 2021.

Mercredi 21 décembre, l’établissement hospitalier avait indiqué que le cancer de Pelé « progresse » et requiert « des soins plus importants pour traiter une insuffisance rénale et cardiaque ». L’ex-joueur a passé Noël entouré des siens à l’hôpital. « Nous t’aimons à l’infini, repose en paix », a écrit l’une de ses filles, Kely Nascimento, sur le réseau social Instagram.

Véritable légende du ballon rond, Edson Arantes do Nascimento, né le 23 octobre 1940 à Três Corações, restera dans l’imaginaire collectif comme l’homme, le seul, à avoir atteint les 1000 buts. Entre 1956 et 1977, Pelé a multiplié les exploits et porté ses statistiques officielles à 1 281 réalisations en 1 362 matches, dont plus de 1 000 sous le maillot du mythique Santos FC.

C’est d’ailleurs sous la tunique blanche qu’il décrochera quelques-uns de ses plus beaux succès continentaux, notamment deux Copa Libertadores (1961, 1962) et une Recopa Sudamericana (1968).

Mais Pelé, qui a également remporté à 11 reprises le championnat régional, n’était pas qu’un joueur de club. À son immense palmarès pauliste s’ajoutent 92 sélections avec le Brésil, sous le maillot duquel il a remporté trois Coupes du monde (1958, 1962 et 1970). Un fait unique pour un joueur de football.

Si, près de quarante ans après sa fin de carrière, c’est le palmarès du joueur qui revient de suite en tête, son éclosion précoce est sans conteste ce qui a forgé le socle de sa légende. Pelé n’a que quinze ans, en septembre 1956, lorsqu’il entre pour la première fois sur la pelouse de Santos, face au FC Corinthians. Un baptême du feu que le tout jeune espoir auréole d’un tout premier but.

Mais ce n’est que deux ans plus tard, en 1958, que la planète football découvre massivement le phénomène. Pelé, qui n’a que 17 ans, compte déjà plus de 100 buts au Brésil, ce qui lui permet de gagner sa place dans la sélection brésilienne pour le mondial en Suède. Durant les trois matches de poules de la Seleçao, il reste sur le banc mais, avec le soutien de ses partenaires, il finit par intégrer le onze titulaire lors des matches à élimination directe.

La révélation est totale. Dès les quarts, Pelé inscrit son premier but en sélection face au Pays de Galles et, dans la foulée, en demies, il élimine la France en signant un magnifique triplé. Puis, en finale face à la Suède, le Brésil ne fait pas dans la demi-mesure. La Seleçao étrille le pays hôte 5-2, une victoire au cours de laquelle Pelé inscrira un doublé.

Le talent et le travail du jeune prodige lui permettront de connaître un parcours hors norme, qui sera marqué par les chiffres affolants, dont voici quelques exemples. À six reprises, il marquera cinq buts dans la même rencontre, mais il inscrira aussi trente quadruplés et 92 triplés. En 1964, il atomisera la défense de Botafogo en inscrivant huit buts dans le même match.

Au terme d’une pige réussie au New York Cosmos, « O Rei » se retire en 1977 avec 27 titres collectifs à son palmarès et le souvenir d’un match de 1969 où, dans une ambiance indescriptible au Maracana, il inscrivit ce qui fut alors comptabilisé comme le millième but de sa carrière.

Et même après avoir raccroché les crampons, Pelé a continué de briller. Il s’est vu attribuer le prix d’athlète du siècle par le Comité international olympique (CIO), puis le ballon d’Or d’honneur de la Fifa en janvier 2014. L’instance footballistique suprême a même décidé de lui attribuer le titre de meilleur joueur du XXe siècle, partagé avec l’Argentin Maradona.

Des récompenses qui assoient le Brésilien un peu plus encore dans sa légende, même s’il aura connu les projecteurs hors des terrains, en tant que ministre des Sports du Brésil entre 1995 et 1998 et en dédiant une grande partie de son temps à sa mission d’ambassadeur pour l’ONU et L’Unesco à l’Éducation, l’Écologie et l’Environnement.

Kevin Negalo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s