Le député Karl Olive saisit la présidente de l’Assemblée pour demander des sanctions contres les parlementaires perturbateurs pendant le discours d’Élisabeth Borne.

Samedi 9 juillet, le député « Ensemble », Karl Olive, a demandé à la présidente de l’Assemblée nationale de sanctionner des députés de la Nupes à qui il reproche d’avoir perturbé le discours de politique générale d’Élisabeth Borne.

Le député (« Ensemble ! » -anciennement « La République en Marche » – ndlr) des Yvelines, Karl Olive, est très remonté vis à vis du comportement de certains députés de l’opposition qui ont chahuté Élisabeth Borne mercredi 6 juillet dans l’hémicycle.

Le député a écrit une lettre à Yaël Braun-Pivet lui demandant d’agir et de sanctionner pour éviter que ne se reproduisent les scènes de chahut qui ont ponctué le discours de politique générale d’Elisabeth Borne du mercredi 6 juillet, rapporte notre confrère « Le Parisien ».

« Les Français ne pourront tolérer que de tels agissements se reproduisent et deviennent la règle de notre Assemblée », déclare Karl Olive. Samedi 9 juillet, le député « Ensemble! » des Yvelines, proche d’Emmanuel Macron, a écrit un courrier à la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, pour lui demander de punir les députés d’extrême gauche ayant troublé le discours de politique générale d’Élisabeth Borne.

Dans ce courrier, Karl Olive condamne les « séries d’invectives, de gouailleries et d’excès de zèle » émanant « d’une minorité de nos collègues qui ont fait le choix de l’incivilité et du manque du respect ». S’il ne les cite pas dans sa missive, le député met en cause directement, dans une vidéo publiée vendredi sur Twitter, les élus de la France insoumise. « Ce terrible exemple pour nos compatriotes, et notamment pour les plus jeunes d’entre eux, ne peut qu’éloigner davantage les Français de la politique », estime-t-il. Mercredi, au terme du débat, Élisabeth Borne elle-même avait déploré « des groupes (parlementaires) qui persistent à privilégier les attaques personnelles et l’invective sur le dialogue ».

Le député n’a pas aimé qu’un certain nombre de parlementaires de la France insoumise, par une « série d’invectives, de gouailleries et d’excès de zèle » émanant « d’une minorité de nos collègues qui ont fait le choix de l’incivilité et du manque du respect », perturbe à plusieurs reprises le discours du chef du gouvernement, ce mercredi 6 juillet.

Aussi, Karl Olive a-t-il écrit une lettre à la présidente de l’Assemblée nationale pour demander des sanctions contre les parlementaires perturbateurs. « Par votre rôle au sein de cette Assemblée, garante de la police des débats, j’attire votre attention sur les réponses que le bureau de l’Assemblée devra tirer de cet épisode », écrit le député, qui exprime son souhait de rencontrer le secrétaire général de l’Assemblée et de la Présidence à ce sujet. Il demande que soit activé l’article 70 du règlement de l’Assemblée nationale qui prévoit un rappel à l’ordre pour tout député « qui se livre à des manifestations troublant l’ordre ou qui provoque une scène tumultueuse ». Auprès du « Parisien », Karl Olive précise : « L’Assemblée est le cœur battant de la démocratie et c’est une caisse de résonance du pays. Il peut y avoir de la passion dans les débats comme l’ont montré Hugo, Jaurès, Badinter ou Chirac. Mais la manière dont s’est comportée cette minorité m’a davantage rappelé l’attitude d’ultras dans un stade. C’était insupportable. ».

Didier Maréchal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s