Monica Lewinsky exige à Beyoncé de retirer des paroles la mentionnant dans une chanson!

Alors que Beyoncé est secouée par nombre de polémiques depuis la sortie de son nouvel album « Renaissance », Monica Lewinsky vient aggraver l’affaire en demandant à la chanteuse de retirer les paroles qui font référence à elle dans une chanson âgée de neuf ans maintenant.

Beyoncé fait face une grosse polémique pour l’emploi d’un mot dit « injurieux » dans son nouvel album « Renaissance », sorti le 30 juillet dernier (critique de l’album à venir ce 6 août prochain – ndlr). Monica Lewinsky a profité de ce scandale pour demander à la chanteuse, via Twitter, de retirer des paroles la mentionnant dans la chanson « Partition », sortie en 2013.

Critiqué depuis le vendredi 30 juillet dernier , date à laquelle la chanteuse de 40 ans a dévoilé son nouvel album « Renaissance », pour avoir utilisé, dans l’un de son nouveau titre « Heated » le mot « spaz » (« crétin » en français). Le terme étant considéré comme injurieux envers les personnes atteintes de diplégie spastique (paralysie cérébrale infantile), la pop star a donc proposé de changer de mot et de réécrire les paroles, puis de retourner en studio afin d’y enregistrer la nouvelle version.

En parallèle de cette polémique, Monica Lewinsky a demandé à la chanteuse de retirer les paroles d’une chanson vieille de neuf ans la mentionnant : « Et pendant qu’on y est… #Partition », a écrit sur Twitter Monica Lewinsky en partageant un article de Variety où Beyoncé annonçait vouloir changer les paroles de la chanson « Heated ».

Dans la chanson « Partition » sortie en 2013, Beyoncé parle de la relation amoureuse entre Monica Lewinsky et Bill Clinton. « Il a fait sauter tous mes boutons, puis il m’a retiré mon chemisier / Puis il s’est amusé sur ma tenue comme avec Monica Lewinsky. »

Monica Lewinsky a en effet demandé indirectement à « Queen B » de changer les paroles de sa chanson. Elle avait évoqué la chanson en 2014 dans un article de Vanity Fair, les critiques et messages qu’elle recevait depuis la chanson . « Tous les jours, quelqu’un me mentionne dans un tweet ou sur un blog et c’est rarement gentil. Tous les jours, mon nom est cité dans un édito ou dans un reportage. »

Et d’ajouter : « Miley Cyrus a parlé de moi pendant qu’elle twerkait. Eminem rappe sur moi. Et Beyoncé m’a mentionné dans son dernier tube. Merci Beyoncé, mais je crois que tu veux parler de Bill Clinton, pas de moi. »

Beyoncé a apporté, mardi 2 juillet, une modification à son album Renaissance. La superstar de la pop a retiré de son morceau « Energy » un « sample » du titre « Milkshake » de la chanteuse Kelis, qui l’avait accusée de vol.

La chanteuse états-unienne Lizzo avait elle aussi été critiquée il y a quelques semaines pour avoir utilisé le mot « spaz » dans la chanson « GRRRLS ». Quelques jours plus tard, elle s’était excusée et avait ressorti sa chanson, avec de nouvelles paroles.

Il est clair que, en cédant à cette société d’indignés pour tout, les personnes qui le font s’exposent, immanquablement à devoir ne plus faire que cela, puisqu’il y aura toujours une personne qui trouvera le moyen de se dire outrée, voire carrément agressée pour n’importe quelle parole, n’importe quel thème, etc.., du fait d’un égo surdimensionné, maladie de notre temps dont souffrent de plus en plus d’individus persuadés qu’ils sont le centre du monde et que de ce fait, tout se rapporte à eux.

Plutôt que de céder à ces vindictes populacières, Beyoncé aurait dû rappeler à ses détracteurs la phrase du philosophe allemand Nietzsche « Nulle ne ment autant qu’un Homme indigné ».

Maxime Kouadio
Christian Estevez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s