Seine-et-Marne (France) : Un homme juif tué à la hache par un clandestin tunisien.

Des organisations juives se questionnaient sur les circonstances du meurtre d’un homme de confession juive, le 19 août dernier, à Longperrier (Seine-et-Marne).

Le 21 août dernier, un homme de 24 ans se présentait au commissariat de Montreuil (Seine-Saint-Denis). L’individu, un clandestin tunisien arrivé illégalement en France en 2017, avait alors déclaré aux policiers avoir assassiné un homme à Longperrier (Seine-et-Marne). Le meurtre, relate CNews, remontait au 19 août. A l’adresse indiquée par le clandestin, les policiers avaient effectivement découvert le corps d’un homme âgé de 44 ans, de confession juive, enterré dans le terrain de la maison. Selon le substitut du procureur de Meaux, aucun élément ne semble indiquer que l’accusé, qui connaissait sa victime, ait agi par antisémitisme.

La victime, qu,i ne travaillait pas pour des raisons de santé, a été violemment tuée à coups de hache et de couteau. Les deux hommes se connaissaient pourtant : Mohamed D., le clandestin, avait effectué divers travaux chez sa victime. Depuis, de nombreuses associations juives s’interrogent sur un possible motif antisémite – le suspect présentant, sur son profil Facebook, des photos de lui en train de brûler un drapeau israélien.

Pas de motif antisémite à ce stade de l’enquête

« Nous espérons rapidement des informations et demandons que toutes les pistes soient explorées à ce stade, y compris l’éventualité du facteur aggravant d’antisémitisme », a, par exemple, tweeté Yonathan Arfi, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

Pour le moment , la justice a indiqué ne pas avoir découvert d’élément indiquant un meurtre antisémite. Le suspect, écroué depuis le 23 août, a évoqué, en garde à vue, des « attouchements ou tentatives d’attouchements sexuels » de la part de la victime. De son côté, le parquet a assuré que, « si l’enquête ne comportait pas d’élément objectif mettant en lumière une motivation discriminatoire, et notamment antisémite, tout élément permettant de l’établir donnera lieu à des réquisitions tendant à une aggravation de la qualification pénale retenue ».

D’après des informations de CNEWS, le suspect était entré clandestinement sur le territoire français autour de l’année 2017. Il n’a jamais fait de demande de régularisation et a été visé par deux obligations de quitter le territoire (OQTF), une en 2018, l’autre en 2022.

«La famille veut toute la vérité sur ce qui a pu entraîner un crime aussi atroce, avec un déchaînement de violence», a de son côté indiqué Elie Korchia, l’avocat des proches du défunt.

Joseph Kouamé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s