Vladimir Putin n’assistera pas aux funérailles de Mikhaïl Gorbatchev.

Dernier dirigeant de l’URSS, Mikhaïl Gorbatchev a rendu son dernier souffle à l’âge de 91 ans, à l’Hôpital clinique central (TSKB) de Moscou.

L’ensemble des cérémonies liées à son décès se déroulent sur plusieurs jours, dont les funérailles, le 3 septembre, mais auxquelles Vladimir Putin n’assistera pas.

Vladimir Putin n’assistera pas aux funérailles de Mikhaïl Gorbatchev, mort mardi à l’âge de 91 ans, a annoncé, ce jeudi 1er septembre, le porte-parole de la présidence russe : « Nous savons que la cérémonie principale sera le 3 septembre, ainsi que les funérailles, mais l’emploi du temps du président ne lui permettra pas d’être là », a déclaré Dmitri Peskov.

L’héritage de Mikhaïl Gorbatchev, dernier dirigeant de l’URSS, est controversé et source de rancœur en Russie. Selon des images diffusées à la télévision, Vladimir Putin s’est déjà rendu jeudi à l’Hôpital clinique central (TSKB) de Moscou, où est mort Mikhaïl Gorbatchev, pour lui rendre hommage. Le président russe a déposé un bouquet de roses rouges près du cercueil ouvert de l’ultime chef de l’URSS. Il a marqué un moment de recueillement de quelques secondes, en regardant la dépouille, puis il a incliné la tête en signe de déférence. Il a ensuite touché le cercueil, fait un signe de croix de la main et s’est éloigné. Il était attendu jeudi pour une visite officielle dans l’enclave de Kaliningrad.

Mikhaïl Gorbatchev est mort des suites d’une « longue et grave maladie ». Grande figure politique du XXe siècle, il a marqué l’Histoire en précipitant, malgré lui, la chute de l’empire soviétique en 1991, alors qu’il essayait de le sauver avec des réformes démocratiques et économiques. La dislocation de l’URSS, qualifiée par Vladimir Putin de « plus grande catastrophe géopolitique du XXe siècle », a signé la fin de la guerre froide.

Les hommages discrets rendus en Russie à Mikhaïl Gorbatchev illustrent sa faible popularité dans le pays. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, s’est limité à dire que des « éléments de funérailles nationales » seraient présents lors de l’inhumation de Mikhaïl Gorbatchev, notamment une « garde d’honneur ».

Relation complexe entre Putin et Gorbatchev

Entre le père de la Perestroïka et Vladimir Putin, les relations n’ont pas toujours été au beau fixe. « Vladimir Putin est intelligent, sérieux, réservé, bien organisé : j’aime bien les gens comme ça », commentait Mikhaïl Gorbatchev en mars 2000. « Ceux qui craignent les dérives autoritaires de Putin ont tort », le défendait-il encore en novembre 2006 avant de changer d’avis quelques années plus tard. Auprès du journal indépendant Novaïa Gazeta en 2011, le lauréat du prix Nobel de la paix en 1990 exprimait sa « honte » d’avoir soutenu cet ancien soldat de l’Armée rouge à son arrivée au pouvoir.

« Nous sommes habitués à ce que tout soit décidé à l’avance, mais nous avons tout de même l’ambition de la démocratie », critiquait Mikhaïl Gorbatchev. Dans un dernier entretien accordé à la presse états-unienne, en 2012, il avait décrit Vladimir Putin comme un homme « très susceptible (…) mauvais et rancunier, ce qui est inadmissible pour un dirigeant de ce niveau ».

Didier Maréchal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s