La France a connu une surmortalité en juillet, « vraisemblablement » due à la vague de chaleur, selon l’Insee.

L’Insee annonce une surmortalité en France en juin et juillet, et, selon l’institut des statistique, les épisodes de canicule ont joué « vraisemblablement un rôle ».

Il faudra encore attendre que les chiffres soient affinés pour faire le bilan sanitaires des épisodes caniculaires records de l’été.

D’après des données provisoires, le nombre de décès moyen par jour atteint 1 750 en juillet, après 1 610 en juin, en france, d’après l’institut.

Pendant la saison estivale, la France a été touchée par trois vagues de très fortes chaleurs. Pour la première fois, l’Insee dévoile une première estimation des conséquences de la canicule sur la mortalité.

L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) constate une surmortalité en juillet, dans son bulletin sur le nombre de décès par jour, par région et par département en France, mis en ligne vendredi 2 septembre. « Le nombre de décès moyen par jour est en forte hausse en juillet : il atteint 1 750, après 1 610 en juin 2022 », écrit l’Insee. Qui précise toutefois qu’il s’agit de « données provisoires », qui seront révisées « à la hausse dans les prochaines semaines ».

L’institut s’avance aussi sur la cause de cette surmortalité : l’été caniculaire. En effet, selon l’Insee, « le niveau élevé des décès toutes causes confondues en juillet 2022 s’explique vraisemblablement par la vague de chaleur survenue à la mi-juillet, après un premier épisode de canicule dès la mi-juin ». Pour appuyer son analyse, l’institut met en parallèle les pics de décès avec « des pics de recours aux soins d’urgence du 15 au 18 juillet ». « En juillet, les décès, toutes causes confondues, atteignent un pic très net le 19 juillet, après un pic moins marqué le 13 juillet, et les décès totaux du mois de juillet 2022 sont supérieurs de 13% à ceux de juillet 2019 », résume l’Insee.

Sur une période plus longue, du 1er janvier au 22 août 2022, 426 671 décès, toutes causes confondues, ont été enregistrés. C’est 7,9% de plus qu’en 2019.

Sur cette période, toutes les régions de France métropolitaine enregistrent une hausse des décès, note l’Insee. Mais elle est tout de même plus prononcée en Corse (+15%), en Occitanie (+10%) et Provence-Alpes-Côte d’Azur (+10%), tandis qu’elle est plus faible en Ile-de-France (près de +5%). En outre-mer, les départements connaissent une hausse très importante des décès entre 2019 et 2022 sur la période allant du 1er janvier au 22 août (+23%).

Toutes ces données seront mises à jour fin septembre, insiste l’Insee, qui ajoute qu’en outre, Santé publique France publiera un bilan spécifique au cours du mois. Il prendra en compte l’ensemble des vagues de chaleur de l’été, mais aussi l’épidémie de Covid-19, concomitante.

Didier Maréchal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s