Football féminin : L’ex-entraîneur du PSG féminin, Ollé-Nicolle, fait des révélations choc sur l’affaire Hamraoui-Diallo!

Didier Ollé-Nicolle limogé de son poste d’entraîneur du Paris Saint-Germain féminin cet été, a révélé des détails sur la relation entre Kheira Hamraoui et Aminata Diallo.

Écarté dès le mois de mai, Didier Ollé-Nicolle n’a été qu’officiellement licencié de son poste d’entraîneur de l’équipe féminine du Paris Saint-Germain qu’en août. L’an dernier, il a connu une saison extrêmement mouvementée, avec une plainte pour agression sexuelle déposée contre lui, ainsi qu’un dossier Hamraoui-Diallo à gérer.

Même s’il n’est plus l’entraîneur des féminines du PSG, Didier Ollé-Nicole était l’entraîneur de l’équipe au moment de l’agression de Kheira Hamraoui.

Son premier ressenti concernant les deux joueuses est qu’il a « senti qu’elles se haïssaient. L’une, plus que l’autre… » dans un entretien avec L’Equipe. Didier Ollé-Nocole pense que le club a bien géré la situation même si ce n’était pas facile et a dû s’organiser pour que le groupe continue de bien vivre. « J’avais de grosses suspicions. Après, j’ai dit aux filles pendant huit mois qu’il y avait une justice, une enquête et qu’il fallait attendre. J’ai été jeté en pâture. J’ai eu envie de crier à l’injustice, à la folie. Mais on n’est pas audible dans ces moments. L’idée était d’attendre que l’enquête avance », indique-t-il tout d’abord avant d’expliquer avoir été instrumentalisé.

« J’ai été utilisé, instrumentalisé, même. Une victime collatérale de l’affaire Hamraoui. Par rapport à mes choix, mon fonctionnement… À cette époque, j’étais en contact avec cinq internationales, dont deux Françaises, pour signer au PSG cette saison. Mais il y avait dans l’atmosphère cette adversité à l’encontre de Hamraoui. J’ai senti que je gênais pour la suite de certains projets personnels. Il y avait des joueuses en fin de contrat, en négociations et j’avais mes idées par rapport à ça. » Par ailleurs, il détaille comment il a décidé de gérer cette affaire, et la réintégration des deux joueuses.

« J’ai pris la décision, à ce moment-là, d’entraîner Hamraoui et (Aminata) Diallo seules pendant une semaine. Puis ensemble la deuxième semaine. Sept jours terribles parce que les deux filles ne se parlaient pas. J’ai senti qu’elles se haïssaient. L’une, plus que l’autre… Et la troisième semaine, j’ai décidé de les réintégrer au groupe en espérant que la trêve hivernale permette à tout le monde de repartir de zéro. Jusqu’au clash, ça a tenu. Je reste très fier de ne pas avoir cédé à la pression de l’entourage de certaines joueuses et d’avoir toujours fait jouer Hamraoui, qui méritait sa place sur le terrain. Dans mon esprit, c’était très clair : avec Kheira, Grace Geyoro et Sara Däbritz, on avait le meilleur milieu de terrain de France. »

Kevin Negalo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s