La campagne présidentielle de Valérie Pécresse visée par une enquête pour détournement de fonds publics

Valérie Pécresse est soupçonnée de détournement de fonds publics lors de la campagne présidentielle.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête après un signalement effectué par Julien Bayou au printemps dernier.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire, fin septembre, pour « détournement de fonds publics » visant la campagne présidentielle de la candidate LR Valérie Pécresse, fait savoir le parquet de Paris au journal « Le Parisien », confirmant une information de BFMTV. Cette enquête, confiée à la Brigade de répression de la délinquance économique, fait suite, selon nos confrères, à un signalement effectué par le député écolo Julien Bayou, au printemps dernier.

En premier lieu, le signalement visait non pas des faits de « détournement de fonds publics » mais ceux de « financement illégal de campagne électorale, financement illégal de parti politique, abus de biens sociaux et/ou prises illégales d’intérêts. ». Cette infraction n’a, à ce stade, pas été retenue. « On ne s’est pas précipité pour ouvrir car il y avait beaucoup de vérifications à faire sur ce signalement », a confié une source judiciaire au Parisien.

Ce signalement trouverait son origine dans un courrier rédigé au début du mois de mars par la conseillère régionale d’Île-de-France, Babette de Rozières, qui avait décidé de quitter avec fracas la campagne de la candidate LR en dénonçant une campagne « hors sol », un terme qu’elle avait encore répété auprès du Parisien quelques jours plus tard.

Dans son courrier, elle critiquait aussi l’organisation de nombreux événements à laquelle la candidate ne s’est finalement jamais rendue. « Je n’ai eu de cesse depuis plusieurs mois de regretter tes absences récurrentes aux manifestations que j’organisais dans ton intérêt (fête des restos, fête des seniors, fête des bistrots, inauguration du 1er site du parcours de gastronomie à l’hôtel de la marine que j’ai créé en Île-de-France, semaine du goût avec les enfants de familles défavorisées etc.) » pouvait-on lire.

Valérie Precresse a vécu une mauvaise élection présidentielle, elle a fini sous la barre fatidique des 5%, celle qui permet d’obtenir le remboursement de ses frais de campagne. Un échec qui l’avait pousser à chercher des financements pour rembourser les 5,1 millions d’euros qu’elle avait empruntée personnellement pour sa campagne. Elle y était finalement parvenue en récoltant 3,3 millions d’euros de dons, tandis que le parti avait complété la somme manquante.

Didier Maréchal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s