Ukraine : départ de blindés français vers la Roumanie!

La France a envoyé plusieurs blindés en direction de la Roumanie.

Des chars Leclerc doivent également être envoyés dans les prochains jours vers la base militaire de Cincu, en Roumanie, afin de renforcer une mission de l’Otan sous commandement français, lancée en février après les frappes russes en Ukraine.

deux premiers convois de véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI) ont quitté le camp militaire de Mouraule-Grand (Marne – Est de la France) en direction de la Roumanie, dans le cadre de l’opération Aigle, pour renforcer les défenses des flancs Nord-Est de l’Otan. Des chars Leclerc doivent également rejoindre, dans les prochains jours, la base militaire de Cincu, au centre du pays, afin de renforcer cette mission sous commandement français, lancée le 28 février 2022 en réaction aux frappes russes en Ukraine.

«La France honore ses engagements au profit de l’Otan et de nos partenaires», a souligné le général de division François Goguenheim, à la tête du poste de commandement « Terre Europe-Continentale » à Lille. «Il n’y a pas eu d’opération logistique de cette importance en Europe depuis (l’opération) Daguet», nom donné à la participation française à la coalition internationale formée après l’invasion du Koweit par l’Irak au début des années 90, a-t-il ajouté. Une dizaine de convois doivent progressivement quitter Mourmelon pour la Roumanie, transportant sur plus de 2000 kilomètres à travers l’Europe une dizaine de chars Leclerc, ainsi qu’une vingtaine de véhicules blindés.

Leur nombre exact, tout comme l’itinéraire précis, n’ont pas été précisés par les autorités militaires. En raison de leur largeur et de leur poids – un char Leclerc et son porte-engin blindé avoisinent les 100 tonnes – ces convois exceptionnels mettront sept à huit jours pour atteindre Cincu. Les routes escarpées des Carpates les attendent en Roumanie. En parallèle, des trains spéciaux transportant munitions, vivres et matériel d’entretien rejoindront eux aussi la Roumanie. Une logistique complexe assurée par le 516ème régiment du train de Toul (Meurthe-et-Moselle). Sur place, l’armée de terre encadrera le Groupement tactique interarmes (GTIA), armé par la 7ème brigade blindée basée à Besançon, qui doit compter 1000 militaires d’ici le premier trimestre 2023.

Didier Maréchal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s