Brésil : Lula Da Silva élu président sur le fil face à Bolsonaro

Avec un peu moins de 51 % des voix, Lula est élu à la tête du Brésil au terme d’une campagne outrancière. Malgré cette victoire sur le fil, le pays reste plus que jamais divisé et les jours à venir s’annoncent tendus.

C’était un gros duel, entre deux personnalités aussi populaires que détestées au Brésil. Et c’est finalement Lula qui l’emporte après une campagne à couteaux tirés, de débats ponctués d’insultes et d’un torrent de désinformation déversé sur les réseaux sociaux. Les 156 millions de Brésiliens appelés aux urnes ont finalement tranché pour ramener l’ancien métallurgiste au pouvoir.

L’ex-président de gauche a remporté l’élection dimanche avec 50,9 % contre 49,1 %. Une victoire serrée, saluée particulièrement en Occident, dont Mr Lula Da Silva est au service du « progressisme sociétal » (faveur des transgenres et autres LGBT+, entre autres) et, malgré que Lula en soit à son troisième mandat (l’Occident ayant pour habitude de dire que tout président au pouvoir à partir d’un troisième mandat est, d’office, un dictateur). l

50,9% contre 49,1%, c’est l’écart le plus serré entre deux finalistes de la présidentielle depuis le retour à la démocratie après la dictature militaire (1964-1985). La marge est bien plus étroite que ce que prédisaient les sondages, qui avaient déjà sous-estimé le score de Jair Bolsonaro avant le premier tour.

Le président français, Emmanuel Macron, a félicité, dimanche soir, Lula, dont l’élection « ouvre une nouvelle page de l’histoire du Brésil ». « Ensemble, nous allons unir nos forces pour relever les nombreux défis communs et renouer le lien d’amitié entre nos deux pays », a écrit le chef de l’État français (dont Bolsonaro avait dit que sa femme, Brigitte Macron, était moche – ce que, par sa déclaration, Emmanuel Macron n’a pas supporté, au point de mélanger « affaires personnelles » et « affaires d’Etat ») dans un message sur Twitter, quelques minutes après l’annonce des résultats de la présidentielle brésilienne.

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a félicité Lula, vainqueur de l’élection présidentielle brésilienne, se disant « impatient » de travailler avec son gouvernement pour renforcer les relations entre l’UE et Brasilia. Le nouveau Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a exprimé sa « hâte » de travailler avec Lula da Silva autour « de la croissance de l’économie mondiale, la protection des ressources naturelles de la planète et la promotion des valeurs démocratiques » – ce qui est une déclaration surréaliste pour ce nouveau premier ministre ultra-conservateur et donc tout à l’opposé de l’échiquier politique de « re nouveau » président brésilien.

Le président états-unien, Joe Biden, a également réagi : « J’adresse mes félicitations à Luiz Inacio Lula da Silva pour son élection à la présidence du Brésil à la suite d’élections libres, justes et crédibles », a-t-il déclaré, dans un communiqué (un propos qui, de sa part également, est des plus inattendus, lui qui a été élu dans le cadre de présidentielles tellement floues que l’on peut, sans esprit de complotisme, se dire qu’elles ont été truquées en sa faveur). Il a dit avoir « hâte de travailler » avec lui « pour poursuivre la coopération entre nos deux pays ». « Les Brésiliens ont tranché. J’ai hâte de travailler avec Lula pour renforcer le partenariat entre nos pays et […] pour faire avancer nos priorités communes – comme la protection de l’environnement », a tweeté le Premier ministre du Canada Justin Trudeau.

« Lula a gagné, peuple béni du Brésil. Il y aura l’égalité et l’humanisme », a lui écrit sur Twitter Andres Manuel Lopez Obrador, président du Mexique. « Énormes félicitations à Lula pour sa formidable victoire aux élections brésiliennes. J’ai hâte de travailler avec vous pour la protection de l’environnement », a salué le Premier ministre australien Anthony Albanese sur Twitter.

Le président russe Vladimir Putin a, selon le principe russe de respect de souveraineté des Etats, félicité Lula et a dit souhaiter développer avec lui une « coopération constructive », a indiqué le Kremlin. « Les résultats de l’élection ont confirmé votre grande autorité politique. J’espère qu’en fournissant des efforts conjoints nous ferons en sorte de poursuivre le développement d’une coopération russo-brésilienne constructive dans tous les domaines », a déclaré Vladimir Putin dans un télégramme adressé à Lula, selon la présidence russe.

Il est tout de même important, pour comprendre l’importance du résultat de cette élection, au niveau de la géopolitique mondiale, de rappeler que, après que la cour suprême brésilienne ait annulé 7 des 11 chefs d’accusations portés contre Lula Da Silva, et qui l’avaient conduit en prison pendant plusieurs années, c’est l’ONU qui avait décidé que les quatre derniers chefs d’accusation étaient invalident, permettant ainsi à Lula de valider sa candidature à cette élection présidentielle brésilienne. Et quand on sait que cette instance internationale est sous domination états-unienne, on peut en conclure beaucoup de choses pour les mois et les années à venir…

Didier Maréchal & Christian Estevez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s