Guerre Russie-Ukraine : l’accord sur les exportations de céréales ukrainiennes est prolongé de 120 jours

Cet accord sur les céréales a permis d’exporter, depuis les ports ukrainiens, des millions de tonnes de céréales et autres produits agricoles depuis son entrée en vigueur. (source AFP)

L’accord qui permet de poursuivre les exportations de céréales ukrainiennes par la mer Noire a été prolongé de 120 jours, a annoncé, jeudi 17 novembre, sur Twitter, le ministre des Infrastructures ukrainien, Oleksandre Koubrakov. Il s’est félicité d’un pas « important dans la lutte contre la crise alimentaire mondiale ». Le président ukrainien, Volodomyr Zelensky, l’a aussi confirmé sur Twitter.

Cet accord a permis de sortir plus de 11 millions de tonnes des ports ukrainiens en quatre mois. Baptisé « Initiative céréalière de la mer Noire », il a été signé le 22 juillet par l’Ukraine et la Russie, sous l’égide de l’ONU et de la Turquie. Il met en place des « couloirs sécurisés » pour la circulation des navires marchands. Moscou et Kiev se sont engagés à « ne pas attaquer » les bateaux transportant des céréales pendant toute la durée de l’accord.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, s’était dit, mercredi,  »convaincu » que l’accord serait reconduit. Un haut responsable de la Turquie l’a confirmé jeudi à l’AFP, affirmant que « les mêmes conditions » que celles observées depuis le mois de juillet s’appliqueraient.

De son côté, le secrétaire général de l’ONU a « salué », jeudi, la reconduite de l’accord. Antonio Guterres affirme que « l’ONU est pleinement engagée à lever les obstacles qui entravent les exportations de produits agricoles et engrais de la Fédération de Russie ». Il faut dire que c’est la moindre des choses, déjà parce que la Russie montre un véritable souci de ne pas voir le monde connaître une pénurie alimentaire, alors que les Ukrainiens ont utilisé, le mois dernier, ces couloirs pour envoyer leur drones sur les civils russes de Crimée.

Il est essentiel d’indiquer que, malgré tout, ces exportations de céréales, d’Ukraine, se font, dans leur grande majorité, vers les pays d’Europe, laissant qu’un très faible pourcentage pour les pays du « tiers monde » (moins de 5% à la mi-octobre 2022) et que, d’autre part, que 30% des terres céréalières d’Ukraine appartiennent à des entreprises états-uniennes (majoritairement à Mosanto). Tout cela expliquant pourquoi, tant l’Union Européenne que les Etats-Unis tiennent à ce point à ce qui est appelé, mensongèrement, « les céréales ukrainiennes » puissent sortir librement d’Ukraine.

Joseph Kouamé & Christian Estevez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s