Turquie : la condamnation à la perpétuité du « milliardaire rouge », Osman Kavala, confirmée en appel

La condamnation à la prison à vie du mécène turc Osman Kavala a été confirmée par un tribunal d’Istanbul. Il est accusé d’avoir tenté de renverser le gouvernement. (Source AFP).

Le mécène turc Osman Kavala, surnommé le « milliardaire rouge », a vu sa condamnation à la prison à la perpétuité confirmée en appel, mercredi 28 décembre dernier, par un tribunal d’Istanbul, a rapporté l’agence de presse officielle Anadolu. Les juges ont également maintenu les peines de 18 ans de détention infligées fin avril en première instance à ses sept co-accusés.

Homme d’affaires et philanthrope de 65 ans, Osman Kavala a été condamné pour avoir « tenté de renverser le gouvernement » de Recep Tayyip Erdogan en finançant les manifestations antigouvernementales dites « mouvement de Gezi » en 2013, et les sept autres pour l’avoir soutenu. Sa condamnation peut encore faire l’objet d’un recours devant la Cour de cassation turque.

Arrêté fin 2017 et détenu depuis, il avait dénoncé un « assassinat judiciaire » lors de son procès, qui a donné lieu à de vives tensions entre Ankara et des chancelleries occidentales qui s’étaient mobilisées en sa faveur. Les trois avocats d’Osman Kavala avaient fait valoir, dans leurs plaidoiries, le manque de preuves et l’acharnement du pouvoir dans ce procès marathon éminemment politique. La détention à perpétuité du mécène est assortie d’une peine de sûreté qui exclut toute remise de peine.

Les responsables du Conseil de l’Europe ont sommé, depuis, à plusieurs reprises, la Turquie, de libérer immédiatement Osman Kavala, après un arrêt jugeant qu’Ankara avait violé la Convention Européenne des droits de l’Homme. Les États-Unis se sont déclarés, mercredi, « profondément préoccupés » par la décision de la justice turque. « Sa condamnation injuste est incompatible avec le respect des droits humains et de l’État de droit. Nous appelons à nouveau la Turquie à libérer Osman Kavala », a déclaré le porte-parole du département d’État états-unien, Vedant Patel. « Le peuple de Turquie mérite d’exercer ses droits humains et ses libertés fondamentales sans crainte de représailles », a-t-il ajouté.

Joseph Kouamé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s