Birmanie : la junte va libérer plus de 7 000 prisonniers pour marquer l’anniversaire de l’indépendance!

En Birmanie, la junte va libérer plus de 7 000 prisonniers pour marquer le 75e anniversaire de l’indépendance vis-à-vis de la Grande-Bretagne, a déclaré, ce mercredi 4 janvier, le porte-parole de la junte. (source AFP).

La junte birmane va libérer plus de 7 000 prisonniers pour marquer le 75e anniversaire de l’indépendance du pays, à la suite d’un défilé militaire aux allures de démonstration de force dans la capitale et quelques jours après la condamnation de l’ex-dirigeante civile Aung San Suu Kyi à 33 ans de prison au total.

À l’aube, des chars d’assaut, lance-missiles et véhicules blindés ont parcouru les rues de la capitale, donnant le coup d’envoi d’une parade militaire. Des fonctionnaires et des lycéens ont suivi les soldats, accompagnés par une fanfare militaire, et 750 colombes de la « paix » ont été lâchées pour marquer l’occasion, selon les médias d’État.

Plus tard mercredi 4 janvier, la junte a annoncé qu’elle libérerait 7 012 prisonniers pour cet anniversaire, sans préciser si l’amnistie inclurait des personnes emprisonnées dans le cadre de la répression contre la dissidence.

Rencontre entre l’armée et des partis politiques

Interrogé pour savoir si Aung San Suu Kyi, emprisonnée, serait désormais placée en résidence surveillée dans le cadre de cette annonce, le porte-parole de la junte Zaw Min Tun n’a pas répondu.

Dans un discours aux militaires, le chef de la junte, Min Aung Hlaing, a accusé des pays, sans les nommer, d’« intervenir dans les affaires intérieures de la Birmanie » depuis le coup d’État de février 2021. Il a également expliqué que l’armée rencontrait, en ce moment, des partis politiques pour discuter du « système électoral de représentation proportionnelle », sans autre précision.

Nouvelles élections prévues plus tard dans l’année

La junte birmane, qui a récemment conclu une série de procès à huis clos contre Aung San Suu Kyi, se prépare à de nouvelles élections prévues plus tard dans l’année, et qualifiées par avance d’« imposture » par les États-Unis d’Amérique.

Selon des experts, la junte pourrait abandonner le système uninominal majoritaire à un tour par lequel le parti d’Aung San Suu Kyi, « la Ligue nationale pour la démocratie » (LND), avait remporté d’écrasantes majorités en 2015 et 2020.

L’armée avait justifié son coup d’État en assurant avoir découvert des millions de bulletins irréguliers lors du dernier vote, considéré comme globalement libre par des observateurs internationaux.

Joseph Kouamé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s