Littérature : Voici la liste des dix auteurs francophones qui ont vendu le plus de romans en 2022

Le Figaro et GfK ont publiés le palmarès annuel des auteurs qui ont vendu le plus de romans en 2022. Guillaume Musso conserve, pour la 12e année consécutive son fauteuil de leader des ventes de livres en France en 2022. (Avec AFP).

Sans surprise, depuis 2011, c’est une nouvelle fois Guillaume Musso qui prend la première place du podium avec plus d’1 million d’exemplaires vendus. D’après ce classement réalisé par l’institut de référence, GfK, et publié dans Le Figaro, l’auteur de « La vie est un roman », âgé de 48 ans, a écoulé 1,383 million d’exemplaires de ses livres, très loin devant ses concurrents. Il est suivi par le Suisse Joël Dicker, 37 ans (988.000 exemplaires), qui n’était pas dans le « top 10 » l’année précédente, et Mélissa Da Costa, 32 ans (845.000 exemplaires), qui grimpe de cinq places.

Guillaume Musso a pris, en 2011, la première place de ce classement, que Marc Levy avait occupée de 2004 à 2010. Il ne la lâche plus depuis. Passé chez Calmann-Lévy en 2018, Guillaume Musso a renouvelé ses thèmes peu à peu. Mais lui et le milieu des prix littéraires ou de la critique continuent de s’ignorer. Sa dernière livraison, « Angélique », est pourtant le quatrième livre le plus vendu de 2022, alors qu’il est sorti fin septembre. Il est surtout l’antithèse d’Annie Ernaux, adorée de la critique et couronnée en octobre du prix Nobel de littérature. Apparaître comme elle le fait à la 7e place du classement (633.000 exemplaires) est un exploit pour une autrice qui n’a aucun titre parmi les 50 plus vendus en 2022, et est une « bobo-intellectuelle » politisée à l’extrême-gauche. Mais sa maison d’édition, Gallimard, a su rebondir très rapidement sur l’annonce de ce Nobel. Et ses livres comme « La Place » ou « Le Jeune Homme » ont bénéficié d’une grosse exposition de la part des libraires, qui, généralement, l’adorent.

La perdante de ce classement est, par contre, Virginie Grimaldi, qui a reculé de deux places (4e, 820.000 exemplaires). Suivent Pierre Lemaitre (5e, 780.000) et Franck Thilliez (6e, 757.000). Valérie Perrin (8e, 632.000), Marc Levy (9e, 630.000) et Marie-Bernadette Dupuy (10e, 554.000) complètent ce top 10.

Un classement 2022 toujours bien triste, au niveau qualitatif, d’un point de vue strictement littéraire puisque sont présents neuf auteurs « pour les masses » qui, ont le sait, n’ont toujours consommé (parce que poussées à cela par l’élite dominante qui ne veut surtout pas perdre ses privilèges) que des « bouquins » qui sont à la littérature ce que les films de « super-héros » sont au véritable cinéma -, au lieu de s’éduquer ou, au minimum, apprécier la belle pratique de la langue française. Et, pour ce qui est d’Annie Ernaux, elle ne doit sa place que grâce à son « Nobel » qui depuis plusieurs décennies, et à l’instar de tous les comités de remises de prix occidentaux tels que les Oscars, les Césars, le Festival de Cannes, etc.. , font dans ce qu’ils considèrent tous comme du « progressisme » de « göche », qui n’est, en réalité que du « wokisme », cette religion fanatique d’extrême-gauche qui s’autodéfinie comme LA norme du « bien », du « vrai » et du « Juste », et dont, hélas, la quasi totalité du monde littéraire occidental – et de ses « intellectuels », de manière générale – font partie (Est-ce pour cela que Tahar Ben Jelloul, grand écrivain de classe mondiale, mais maghrébin, fustige la médiocrité et la « non-littérature », de ces Annie Ernaux et autre Brigitte Giraud, prix Goncourt 2022?).

En outre, d’après GfK, le chiffre d’affaires du livre en France a baissé de 4 % à 4,3 milliards d’euros en 2022, souffrant de la comparaison avec une année 2021 exceptionnelle. La littérature pèse pour 27 % du marché, devant la bande dessinée (23 %) et les livres jeunesse (16 %). Cela représente 159 millions de romans, recueils de nouvelles ou de poésie vendus, soit 2,3 par habitant, mais, mille fois hélas, pratiquement rien pour ce qui est de la Littérature avec un grand « L ». On se consolera, tout de même, qu’il vaut mieux lire un sous-produit littéraire que de passer sont temps devant des programmes de télé-réalité ou encore, au pitoyable même niveau, devant des vidéos « Tik Tok » , « Instagram » et des chaînes de « Youtubeuses-pour-rien ».

Didier Maréchal & Christian Estevez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s