Foot – Euro féminin 2022 : L’Angleterre s’impose face à l’Autriche lors du match d’ouverture.

L’Angleterre a remporté, ce mercredi 6 juillet, son match d’ouverture de l’Euro féminin 2022 face à l’Autriche. Le public du stade Old Trafford de Manchester United a réservé un accueil très chaleureux à son équipe.

Devant 68 871 spectateurs au théâtre des rêves , l’Angleterre, pays hôte, a répondu présent face à l’Autriche, demi-finaliste de la précédente édition.

Les anglaises ont réussi le lancement de « leur » Euro avec une victoire étriquée mais précieuse contre une Autriche valeureuse (1-0), mercredi 6 juillet à Old Trafford, devant 68 871 personnes, un record pour un match de Championnat d’Europe féminin.

Après la cérémonie d’ouverture, l’équipe dirigée par Sarina Wiegman a fait la différence en première période sur un but de Mead (1-0). Malgré la deuxième période décevante des Lionesses.

Portées par un public chaud bouillant les coéquipières d’Ellen White et Lauren Hemp se sont, par la suite, illustrées par un manque criant de réalisme (23e, 26e, 45e+1). Les Anglaises, incapables de se mettre à l’abri dans une rencontre qu’elles ont dominée, ont laissé entrevoir un retour inespéré à l’équipe d’Irene Fuhrmann. Sur la première (et seule) frappe cadrée autrichienne, Barbara Dunst a été toute proche d’arracher l’égalisation (78e). Ce qui aurait été le cas sans l’intervention pleine de sang-froid de la gardienne Mary Earps, irréprochable sur les rares incursions adverses. L’Autriche n’a pas réussi à accrocher le match nul. L’Angleterre prend la tête du groupe A.

Le choc face à la Norvège d’Ada Hegerberg, le 11 juillet, sans doute décisif pour la 1ʳᵉ place du Groupe A, devrait permettre de se faire une idée sur les chances anglaises dans « leur » Euro.

Les « Lionesses » sont d’ailleurs invaincues depuis l’arrivée de Wiegman, soit depuis 15 matches désormais, en ayant battu l’Allemagne (3-1), lauréate de huit des douze Euros précédents, et, tout récemment, les Pays-Bas (5-1).

Un Euro prometteur et indécis

Mais ce 13e Championnat d’Europe féminin des nations s’annonce prometteur et indécis. Le groupe B, qui désignera l’adversaire des Anglaises si elles vont en quarts, sera particulièrement relevé avec l’Allemagne, l’Espagne – même privée de sa star Alexia Putellas victime d’une rupture des ligaments croisés – et le Danemark, finaliste en 2017.

De même, la Norvège, qui est dans le groupe de l’Angleterre, reste une vraie menace, surtout avec le retour d’Ada Hegerberg, alors que la Suède et les tenantes du titre néerlandaises, qui s’affronteront dans le groupe C, ou la France (groupe D) peuvent battre n’importe qui.

Tout cela se déroulera sous une exposition médiatique inédite pour le football féminin européen, reflétant son développement météorique ces dernières années. Plus de 500 000 des 750 000 billets mis en vente ont déjà trouvé preneurs et l’UEFA espère 250 millions de téléspectateurs.

Les dotations, encore à des années-lumière de celles des hommes, ont été revues largement à la hausse, même si le choix de certains stades, notamment le Manchester Academy Stadium qui, en configuration Euro, n’accueillera même pas 5 000 spectateurs, a irrité joueuses et supporters. Malgré cela, le record du nombre de spectateurs sera encore amélioré avant la fin de la compétition, pour la finale, atteignant 87 000 environ.

Kevin Negalo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s