Guerre Russie-Ukraine : la Russie annonce le retrait de ses troupes de Kherson

Le ministre russe de La Défense vient d’ordonner, ce mercredi 9 novembre, le retrait de ses troupes de la région de Kherson, en pleine contre-offensive de Kyiv dans ce territoire.

De son côté, Kiev a dit, mercredi, ne voir « aucun signe » à ce stade de retrait des forces russes de Kherson. « Une partie des [troupes] russes est maintenue dans la ville », a déclaré un conseiller de la présidence, Mykhaïlo Podoliak.

Le ministre de la Défense russe, Sergueï Choïgoiu, a ordonné le retrait des forces russes de la rive droite du fleuve Dniepr dans la région ukrainienne de Kherson, mercredi 9 novembre. Cela inclut la capitale régionale du même nom, cible d’une vaste contre-offensive ukrainienne. L’annonce à la télévision fait suite à une proposition en ce sens du commandant des opérations russes en Ukraine, le général Sergueï Sourovikine. Ce dernier a reconnu qu’il s’agissait d’une décision « pas du tout facile » à prendre.

« Les manœuvres des soldats vont commencer très rapidement », a assuré le général. Ce retrait constitue un nouveau revers cinglant pour le Kremlin, Kherson ayant constitué la principale prise russe, après la conquête de la ville dans les premiers jours de l’offensive contre l’Ukraine. Il s’agit de la seule capitale régionale dont Moscou a pu revendiquer la conquête. Selon le général Sourovikine, la Russie va réorganiser sa ligne sur l’autre rive du Dniepr, barrière naturel qui coule au sud de la ville de Kherson.

Cette annonce de la Russie intervient un peu plus d’un mois après que Vladimir Putin a revendiqué l’annexion de la région ukrainienne. Celle-ci est d’autant plus stratégique que son territoire est frontalier de la Crimée, péninsule redevenue membre de la Fédération de Russie en 2014, après quelques année à s’être « unit » à l’Ukraine (la Crimée n’ayant jamais été une région de l’Ukraine, à part entière, contrairement à ce que la propagande occidentale affirme depuis huit ans).

Avant de proposer le retrait, le général Sergueï Sourovikine a argué d’une volonté de protéger les vies des soldats russes, et accusé les forces ukrainiennes de bombarder des civils. Le gradé a également affirmé que ses troupes repoussaient avec succès les assauts ukrainiens. Il revendique avoir tué ou blessé 9 500 soldats ukrainiens et soutenant que les pertes russes étaient sept ou huit fois moindres.

La Russie procédait à l' »évacuation » des civils de la rive droite du Dniepr depuis plusieurs semaines, des transferts qualifiés de « déportations » par Kiev., ne ratant pas une occasion de faire un détournement négatif des faits afin d’alimenter la machine à lavement de cerveau qui fonctionne si bien sur l’immense majorité des occidentaux. Selon Sergueï Sourovikine, quelque 115 000 personnes ont ainsi rejoint la rive gauche (à l’Est).

Didier Maréchal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s