Manifestations historiques en Chine : la Coupe du Monde au Qatar point de départ de la colère des Chinois!

Des rassemblements d’une ampleur sans précédent ont éclaté depuis ce dimanche 27 novembre dans plusieurs grandes villes de Chine pour protester contre la stratégie Zero-Covid adoptée depuis le début de la pandémie. Le mondial au Qatar, qui a débuté le 20 novembre dernier, est la cristallisation de la colère.

Ce n’est pas sans raison que la télévision chinoise ne diffuse plus d’images de spectateurs sans masque lors de la Coupe du monde au Qatar. Cette décision a été prise pour ne pas attiser la colère des Chinois, exaspérés par les restrictions contre le Covid-19.

La Chine est, en effet, l’un des derniers pays au monde à appliquer la stricte politique du « zéro Covid », qui implique des confinements à répétition et des tests PCR quasi-quotidiens de la population. Les manifestations qui ont éclaté ce dimanche 27 novembre dans plusieurs métropoles du pays sont le point d’orgue de cette grogne populaire qui n’a cessé de monter ces derniers mois face aux restrictions sanitaires.

Alors que la compétition de football a démarré depuis le 20 novembre dernier, une lettre ouverte a fait le buzz sur le réseau social chinois « WeChat », se demandant si la Chine était bien « sur la même planète » au vu du nombre important de spectateurs sans masques lors du Mondial. La colère des Chinois est telle que la chaîne de sport de la CCTV a remplacé systématiquement chaque image montrant des gens de trop près par des images des joueurs ou du stade lors de la retransmission du match Japon-Costa Rica.

La censure des autorités chinoises était à l’œuvre ce lundi 28 novembre pour effacer toute trace de la vague de manifestations survenue la veille, d’une ampleur inédite depuis des décennies.

Dimanche, une foule de manifestants, répondant à des appels sur les réseaux sociaux, a exprimé sa colère notamment à Pékin, Shanghai et Wuhan, prenant au dépourvu les forces de l’ordre. Parmi les slogans scandés à l’unisson : « Pas de tests Covid, on a faim ! », « Xi Jinping, démissionne ! PCC (Parti communiste chinois, ndlr), retire-toi ! », « Non aux confinements, nous voulons la liberté ». Par son étendue sur le territoire, la mobilisation, dont le nombre total de participants est difficile à vérifier, semble la plus importante depuis les émeutes prodémocratie de 1989 et le massacre de milliers d’étudiants et intellectuels sur la place Tien’ Anmen, le 4 juin 1989, à Pekin (et dont les jeunes générations de chinois ne sont même pas au courant de l’existence, du fait que le pouvoir en ai effacé absolument toutes les traces, y compris écrites).

Joseph Kouamé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s